Pourquoi ne pas (toujours) utiliser les banques d’images

Les banques d’images sont devenues l’outil indispensable de nombre d’agences et d’entreprises : faciles à utiliser, économiques -quoi que-, pratiques dans leur utilisation et le partage en équipe, et surtout l’accès immédiat à des dizaines de millions de clichés. Bref, la solution pour trouver très rapidement LE visuel parfait pour la prochaine campagne.

Oui mais voilà : vous n’êtes pas forcément le seul à trouver cette photo parfaite et d’autres auront peut-être la même idée. De plus, on trouve souvent des « clichés » plus que de véritables photographies : vous savez, celles où tout le monde sourit pendant une réunion, où toutes les minorités sont représentées, et dont le look des personnages est souvent américain, ou encore la fameuse poignée de main que l’on trouve encore sur des milliers de sites internet… Ces photos ne sont pas très valorisantes pour l’image de l’entreprise, le lecteur détectant souvent ce genre de photos surfaites.

Plusieurs annonceurs pour une même illustration

En 2014, L’Université de Lorraine souhaite illustrer le bandeau de son site avec l’image-type du parfait profil d’un étudiant : un visuel est choisi, sauf que certains internautes réalisent assez vite qu’il est aussi utilisé pour une pub au slogan évocateur : « Agrandir son pénis, méthode naturelle et sans efforts ». La comparaison des deux photos fait alors le tour du web via Twitter et se retrouve partagée des milliers de fois…

université-lorraine-bad-buzz
Le bandeau du site de l’université (en haut), la photo originale (en bas à gauche), et la seconde pub qui a provoqué le buzz (en bas à droite) – Source : http://loractu.fr

Preuve que tout le monde n’a pas retenu la leçon, ce visuel figure toujours sur d’autres sites, tels que celui du Prix Etienne Marcel, ECF.fr, leader dans les « métiers de bouche » (SIC!), ou encore celui du groupe CCG.

Une photo du Jura prise … en Autriche !

Jura-Autriche-photoC’est ce qui est arrivé dans une campagne sur la promotion du Massif du Jura avec une magnifique photo … d’Autriche ! Cette belle campagne (dont vous trouverez les détails sur le site Bisonteint) était en fait illustrée par un visuel provenant de la base fotosearch.com , très vraisemblablement choisi pour son esthétique, sans vérification de sa provenance exacte…

Des erreurs de photos dans les catalogues et prospectus

Les agences travaillant pour de grands groupes sont aujourd’hui dotées de studios photo, spécialisés dans la prise de vues à destination des catalogues, prospectus et autres mailings qui inondent nos boites aux lettres. Mais il arrive que le produit ou son packaging ne soit pas livré le jour de la prise de vue, et qu’il faille boucler le catalogue en urgence pour respecter les dates de la promotion.

Carrefour-photo-bloggueuseC’est ce qui est arrivé à Carrefour en 2014, dont le maquettiste (certainement externe à l’enseigne) a pris par défaut la photo … d’une blogueuse culinaire, Karine, pour illustrer des petits pains. Quasi invisible, sauf qu’un internaute l’a repéré et signalé à la blogueuse en question. L’affaire, non sans avoir fait un peu de buzz, s’est ensuite arrangée à l’amiable. Mais l’effet produit traduisait un manque de sérieux et touchait également un sujet épineux : celui des droits d’auteur sur internet et la propriété intellectuelle des photographes. Bref, le genre de gestion de crise potentielle dont une enseigne préfère se passer.

Un iPhone dans une pub … Nokia !

nokia-iphone-pub
La photo originale et l’affiche Nokia – Source : iPhoneKiller.fr

On se souvient de la pub Nokia dont le visuel – une jeune femme au téléphone- avait été acquis sur une banque d’images (iStock) : pas de chance, le téléphone portable en question était un … iPhone !

Ce genre d’erreur se produit heureusement rarement, mais comme on le dit souvent : « le diable se cache dans le détail ». Toute photographie majeure utilisée dans une campagne, en grand format, en couverture d’un catalogue ou en page d’accueil d’un site internet, doit être scrutée à la loupe avant sa validation. Car les internautes ne manqueront pas de remarquer la moindre ambiguïté qui fera ensuite le tour des réseaux sociaux. Et même si on peut déplorer l’aspect « café du commerce » de certains posts et de certaines polémiques, mieux vaut se passer de ce genre de publicité.

Comment s’assurer des utilisations précédentes d’une photo ?

Google-images
Il suffit de cliquer sur l’icône appareil photo pour lancer la recherche par image

La première précaution à prendre est de « tester » cette image. En effet, il est facile de comparer la photo choisie au reste du web grâce à des moteurs de recherche d’images comme Tin Eye ou Google images. Le moteur compare instantanément la photo à bon nombre de celles déjà mémorisées et fournit la liste des pages web contenant le même visuel ou des images similaires. Mais la méthode n’est pas fiable à 100% … Ces outils sont aussi parfois utiles pour suivre et analyser les retombées d’un (bad) buzz et de trouver les sites sur lesquels un visuel a été repris.

En conclusion…

Les banques d’images restent un outil dont on ne peut plus se passer dans de nombreux cas. Il est souvent possible d’y trouver son bonheur pour une photo acquise pour quelques euros.
A condition toutefois de ne pas en abuser, et de s’en servir davantage pour des illustrations secondaires que pour le visuel principal d’une campagne de pub ou de la page d’accueil d’un site.
La meilleure solution reste la vraie photographie, celle d’un professionnel que vous aurez missionné avec un vrai brief : bien sûr, cela a un coût, mais le « shooting » peut comporter plusieurs dizaines de photos utilisables, et donc rendre le coût unitaire de chaque photo comparable (voire inférieur) aux tarifs de certaines banques d’images. Et ainsi faire l’économie d’un bad buzz ?


Quelles banques d’images ?

Les banques d’images sont très nombreuses. Elles disposent de plusieurs millions de clichés et se diversifient de plus en plus vers la vidéo. Il est ainsi possible de réaliser un film avec ces extraits acquis sur ces mêmes bases (mais cela fera l’objet d’un autre article!). Parmi les plus connues, on peut citer :

Sources de cet article :